Au Japon, la génération sacrifiée des «Hikikomori»

fu8uk1

Administrator
Membre du personnel
3/10/20
44
1
8
3,4 millions des 40-50 ans ne sont pas mariés, vivent chez leurs parents... Et le Covid-19 a aggravé la situation.

Le marché du travail japonais est sans pitié. Si l'on est pas embauché à la fin de ses études, on risque fort de passer d'un petit boulot à un autre, jusqu'à la fin de sa vie, un phénomène exploré par Bloomberg dans un long article consacré à la question. Comme le dit un proverbe local, «les portes ne s'ouvrent qu'une fois».
Des millions de personnes en ont fait les frais, en particulier au début des années 2000, après l'explosion de la bulle spéculative japonaise. Les entreprises ont alors réduit encore les embauches pour protéger les plus ancien·nes.

VOUS DEVEZ ETRE ENREGISTRER ET/OU CONNECTER POUR LIRE LA SUITE


Voir le contenu caché est disponible pour les utilisateurs enregistrés!
 
Dernière édition: